La médecine esthétique chez les jeunes : PLUS BELLE ou PLUS BEAU, un point c’est tout !

Par Centre Victoire-Haussmann | 14 novembre 2019

La médecine esthétique chez les jeunes - Victoire Haussmann Paris

On assimile bien souvent la chirurgie et la médecine esthétique à l’avancée en âge. Et pourtant, contrairement aux préjugés, les Millennials (personnes nées entre 1980 et 1995) sont également concernés ! D’ailleurs, les 18-34 ans pratiqueraient plus d’interventions esthétiques que les 50-60 ans, une première depuis des décennies ! Une des causes ? Les traitements esthétiques seraient assimilés à des vecteurs de réussite sociale et professionnelle. Ils sont aussi complètement décomplexés sur le sujet et n’hésitent pas à en parler à leur entourage.

Soigner son apparence pour réussir dans la vie

Selon l’enquête Allergan 360° Aesthetics Report™ (2019)[1], 86% des personnes interrogées tous pays confondus considèrent que l’apparence contribue à la réussite d’une personne dans tous les aspects de sa vie. Dans l’Hexagone plus particulièrement, 75% des sondés sont d’accord sur ce point.

En début de carrière, les jeunes générations sont donc prêtes à franchir le pas, surtout que les techniques de médecine esthétique (radiofréquence, LED, injections, rhinoplastie médicale…) sont beaucoup moins invasives que les méthodes chirurgicales. Les Millennials jugent en outre que les traitements à base d’injections, comme les injections d’acide hyaluronique ou de Botox, sont socialement plus acceptables que par le passé, plus sûrs et mieux contrôlés.

Jeunes et médecine esthétique : pas de limites !

La génération Y est férue d’expériences éphémères. Tous les jeunes rêvent d’un visage lisse, libre d’imperfections et respirant « fraîcheur et bien-être ». Le corps n’est finalement abordé que comme un espace d’expression. D’ailleurs nombreux sont ceux qui modifient leurs photos avant de les publier sur les réseaux sociaux (valorisation).

Si tous les médecins esthétiques s’accordent sur le fait que plus on démarre jeune, plus on agit préventivement et on ralentit le vieillissement, ils n’oublient pas de nous informer sur la réalité des choses : « On ne peut pas tout modifier sur un visage avec la médecine comme on le transforme avec les filtres Snapchat ou Instagram lors de selfies ! Le rôle des médecin est d’éduquer, positivement la jeune génération, de canaliser les ardeurs parfois extrêmes.

Ressembler à une star : on y a tous pensé !

Avec cette effervescence autour des réseaux sociaux et des selfies, les Millennials ont très facilement accès aux clichés de personnalités publiques et notamment de leurs stars préférée()s. Ils sont donc de plus en plus nombreux à s’identifier à elles et à souhaiter leur ressembler (43% des personnes interrogées) : obtenir des lèvres plus pulpeuses, des pommettes plus hautes, réduire leurs rides, se débarrasser de leur acné, obtenir un teint éclatant, des fesses plus bombées, une taille bien dessinée…

Par ailleurs, les influenceuses ne se cachent plus lorsqu’elles ont recours à la médecine et/ou la chirurgie esthétique. Certaines d’entre elles filment même en direct les actes sur les réseaux sociaux et recommandent des médecins ou des cliniques, ce qui a tendance à rassurer la génération Y, à lui montrer la réalité en direct, et indirectement à inciter les jeunes à faire de même, en décomplexant l’approche.

Même Cristina Cordula anime sa propre émission « Objectif : 10 ans de moins » ! On dédramatise alors les polémiques d’il y a quelques années, par exemple lorsque le Botox était associé au « raté » parce que les fronts étaient trop figés ou que les seins étaient finalement toujours beaucoup trop volumineux et parfois vulgaires. Les techniques ont bien changé. Aujourd’hui, on s’oriente vers des résultats naturels. Parfois, il est même difficile de s’apercevoir que certaines personnes ont bénéficié de traitements esthétiques médicaux ou d’intervention chirurgicale.

Chirurgie et médecine esthétique : oui, mais avec précaution

La chirurgie esthétique et la médecine esthétique nécessitent, dans tous les cas, une consultation avec un médecin, un chirurgien ou un dermatologue afin de pouvoir dialoguer librement de ses complexes et de ses souhaits. Seuls ces professionnels de santé sont aptes à vous proposer les meilleures solutions en fonction des traits de votre visage et de votre morphologie. Ils sont également à même d’écarter les potentielles contre-indications afin de garantir votre sécurité.

N’ayez aucune gêne à parler de vos attentes à votre médecin ! Au Centre Victoire Haussmann, toutes les ressources nécessaires sont mises en place pour vous accompagner dans votre démarche et obtenir au plus prêt les résultats attendus. Les médecins sont en permanence à l’écoute des nouvelles technologies et suivent des formations continues pour choisir les traitements les plus performants et les plus maîtrisés.

[1] Cette enquête a été conduite par IPSOS pour Allergan dans 18 pays du globe et réalisée via un questionnaire en ligne entre octobre et décembre 2018, auprès de plus de 14 584 personnes ayant un intérêt pour les traitements esthétiques et de 1 315 professionnels de santé travaillant dans ce domaine.